Réactiver ses souvenirs, la clé pour consolider ses connaissances

Le grand spécialiste des sciences cognitives Stanislas Dehaene en a fait un des 4 piliers de l'apprentissage : la consolidation des connaissances est l'acte qui permet d'ancrer les apprentissages dans la mémoire de long terme et de les conserver.

Cette consolidation permet aussi d'acquérir des automatismes : ainsi les enfants qui apprennent à lire commencent par déployer de gros efforts pour déchiffrer les lettres et les syllabes, puis pour associer un phonème (son) à un graphème (graphie d'une syllabe).

Mais la répétition et la poursuite régulière de l'apprentissage finit par rendre le déchiffrage plus aisé, plus rapide et même automatique. La consolidation des apprentissages de base permet de consacrer ses efforts à des tâches plus complexes de compréhension et de mémorisation.

Consolider, réactiver, réviser ou réutiliser

Je vous rappelle que les trois autres piliers de l'apprentissage sont l'attention, l'engagement actif de l'apprenant et le feedback ou vérification des erreurs. Ces trois actes assurent déjà un bon apprentissage.

Mais vous l'avez constaté mille fois : l'oubli est un terrible ennemi qui vient effacer nos acquis, un peu comme le vent d'automne emporte les feuilles mortes. N'est-ce pas décourageant, parfois, de constater que malgré un gros investissement temps pour maîtriser une question difficile, nous avons tout oublié six mois après ? frown

Pour contrer cet oubli, il faut donc consolider nos apprentissages.

Comment ?

Eh bien, en ne se contentant pas d'apprendre 1 fois, comme on le fait souvent. Mais en réactivant plusieurs fois ce qui a été appris, en revoyant, ou bien en réutilisant la notion dans un exercice, en la revisitant et en l'approfondissant.

 

Consolider la trace mnésique du souvenir

On sait en effet maintenant que ces passages successifs renforcent la trace mnésique laissée dans le cerveau par cet apprentissage. L'imagerie médicale ou les travaux de recherche menés par exemple par Steve Masson au Québec sur la façon dont l'élève peut "activer ses neurones" montrent bien que ces réactivations consolident les connexions créées par l'apprentissage entre les réseaux de neurones (Lire "Activer ses neurones pour mieux apprendre et enseigner" chez Odile Jacob).

"Apprendre, c'est changer la façon dont les neurones sont connectés les uns aux autres. Mais il faut planifier plusieurs moments d'activation"


Steve Masson

directeur du Laboratoire de recherche en neuroéducation à Québec

Planifier l'apprentissage pour consolider 

Cette consolidation est optimale lorsque le souvenir de ce qui a été appris est réactivé par des révisions et des passages successifs. Il ne s'agit pas forcément de répéter (car cela prend du temps et peut créer une illusion de maîtrise sans que les neurones s'activent vraiment), mais de réactiver juste à temps :

- Ni trop tôt, pour permettre à la mémoire de jouer son rôle

- Ni trop tard, pour éviter l'effacement de l'oubli

 

Sensibilisés à ces questions de rythmes, de plus en plus d'enseignants veillent aujourd'hui à revenir à intervalles réguliers sur les notions vues précédemment.

Quant aux élèves, il leur faut planifier astucieusement plusieurs séances d'apprentissage d'une même notion.

 

Apprendre au bon moment pour ne plus oublier

Ce point méthodologique nous a paru si important, que c'est le thème du premier module du parcours en ligne "Apprendre à apprendre"

Cette planification des apprentissages suppose en effet de mettre en place des habitudes de travail propres à enclencher un véritable cercle vertueux :

- La réactivation suppose une planification des temps de travail

- Elle implique de prévoir un temps de travail quotidien

- Les connaissances sont mémorisées plus durablement

- La répartition des efforts permet d'acquérir des automatismes

- Cela facilite la compréhension des concepts difficiles, les fameuses bases se mettent en place

- A terme, l'élève suit mieux ses cours, sa motivation est meilleure., ce qui relance la persévérance

 

On peut alors s'attaquer à d'autres méthodes pour aider par exemple la compréhension des concepts abstraits. Si la base est solide, une pyramide de